Crème solaire visage SPF30

20,00 €

La crème solaire SPF30 BOMOÏ assure une protection des filtres UVA/UVB et agit ainsi efficacement contre le vieillissement cutané.

Non grasse et non collante, cette crème protectrice aux écrans minéraux d’origine naturelle et sans parfum, peut s’utiliser en base d’une crème hydratante ou d’un fond de teint. Elle convient aux peaux claires et aux peaux mates.

Description

Cette crème à l’extrait de Curcuma BIO et à l’Aloe Vera est issue du savoir-faire français !

Le curcuma offre des vertus purifiantes pour la peau, il lutte contre les rides et réduit les tâches pigmentaires. Il embellit le teint et gomme les imperfections…

Une protection naturelle et bio : le Curcuma biologique prodigue à cette crème solaire pour le visage un effet protecteur complémentaire.

Grâce à ses multiples propriétés (calmante, apaisante et anti-inflammatoire)  l’Aloe Vera est l’un des ingrédients incontournables, son fort pouvoir hydratant en fait un allié précieux pour cette crème solaire !

Tube 40ml

Le dioxyde de titane, qu'est-ce que c'est ?

Le dioxyde de titane est un composé minéral existant à l'état naturel. Ce pigment blanc est très utilisé en cosmétique comme colorant. Ses propriétés opacifiantes en font également un filtre UV intéressant dans les solaires et les produits de maquillage.

Suivant le contexte, on reconnaîtra le dioxyde de titane sous ces différentes appellations:

TiO2 (nom scientifique)

CI 77891 ou titanium dioxyde (dénominations réglementaires sur les étiquettes lorsqu'il est utilisé en cosmétique en UE)

E171 (dénomination internationale sur les étiquettes lorsqu'il est utilisé comme additif dans le secteur alimentaire en UE)

Il préféré à ses équivalents synthétiques controversés (filtres UV notamment) dont les effets néfastes ont été fréquemment pointés ces dernières années.

Nano ou Micro, la taille fait le danger

Ces vingt dernières années, les nombreuses propriétés du dioxyde titane ont conduit les industriels à l'utiliser dans des formes et des tailles de plus en plus variées. De la taille micrométrique (particule 1000 fois plus petite qu'un millimètre), ils sont ainsi passés à la taille nanométrique (1 million de fois plus petite qu'un millimètre). Plébiscités pour leur potentiel infini, les "nanos" ainsi créés par l'homme (dits alors "manufacturés") séduisent tous les corps de l'industrie. Or à cette échelle, les effets du dioxyde de titane sont encore mal connus, que ce soit pour son impact sanitaire ou écologique.

Si à l'échelle microscopique le dioxyde de titane n'a pas de quoi inquiéter les utilisateurs de cosmétiques, c'est très différent depuis que l'on sait que des particules de taille nano peuvent s'y trouver. Ce risque a été dénoncé notamment en mars 2019 par l'association Agir pour l'Environnement dans un Rapport d'enquête examinant 408 dentifrices. Ce rapport montre la présence de nanoparticules de dioxyde de titane dans les 2 tiers d'entre eux (dont la plupart non pas été étiquetés pour le préciser). Or un dentifrice peut être ingéré, en particulier par les enfants, d'autant plus que le dentifrice est utilisé plusieurs fois par jour. Le risque sanitaire est donc ici bien réel !

L'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) a de son côté formulé en 2011 des recommandations en lien avec le dioxyde de titane en taille nano pour la cosmétique :

  • ne pas utiliser sur peau lésée (coup de soleil ou autres lésions),
  • ne pas utiliser des produits qui en contiennent sous forme de "sprays" aérosol ou en poudre sur le visage…

Que dit la réglementation cosmétique sur le dioxyde de titane en taille nano ?

Depuis juillet 2013, le Règlement Cosmétique Européen 1223/2009 a rendu l'étiquetage des nanomatériaux obligatoire sur les produits cosmétiques. Sur les étiquettes concernées, on doit donc lire cette inscription "Titanium dioxyde [nano]".

La position du label Slow Cosmétique

En l'état actuel des connaissances et des réglementations, l'Association Slow Cosmétique recommande comme toujours la prudence. Le dioxyde de titane est donc toléré en Slow Cosmétique à condition toutefois qu'il soit présent dans une formule en taille non nano, et indispensable à la formule.

Il faut comprendre par là qu'il sera sanctionné en tant que simple colorant dans un savon par exemple, mais favorisé dans les soins solaires ou le maquillage, où il est largement préférable aux alternatives synthétiques. Les marques labellisées Slow Cosmétique sont donc suivies de près en continu sur ces aspects.

Bien entendu, l'Association Slow Cosmétique surveille avec attention les évolutions réglementaires et les études scientifiques afin d'adapter sa position en fonction. La sécurité du consommateur et celle de l'environnement priment en effet sur toute considération commerciale.

Aqua, Zinc oxide [nano], C15-19 alkane, Titanium dioxide [nano], Cococaprylate/caprate, Pentylene glycol, Arachidyl alcohol, Cetearyl alcohol, Behenyl alcohol, Glycerin, Curcuma longa root extract, Aloe barbadensis leaf powder, Stearic acid, Polyglyceryl-3 polyricinoleate, Arachidyl glucoside, Xanthan gum, Isostearic acid, Tocopherol, Squalene,Citric acid, Alumina, Beta-sitosterol, Potassium sorbate, Sodium benzoate

99% du total des ingrédients est d’origine naturelle